Rebecca Kean- Cassandra O'donnell


REBECCA KEAN - CASSANDRA O'DONNELL

( 7 Livres ) 


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION

 


02 MARS 2011


 

 


J'ai lu, 2011

Collection : Darklight


 


RESUME


Burlington...Nouvelle-Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...


EXTRAIT


Comme disait ma grand-mère: "Quand il y a du chaos quelque part, tu peux être sûre que les Français y sont pour quelque chose"
Et elle savait de quoi elle parlait. Elle était française et c'était une guerrière. Tout comme moi.

 

A cette pensée, je sentis l'émotion gagner ma gorge et les larmes me submerger.
Raphael s'allongea derrière moi, sur le flanc. Il me prit dans ses bras et se mit à me bercer doucement.
- Calme-toi, ma douce, chuchota-t-il en me caressant les cheveux.
- Je n'ai pas envie de me calmer. J'ai envie de lui ouvrir le bide et d'arracher ses tripes avec mes dents, fis-je entre deux sanglots.
La souffrance et la cculpabilité me submergeaient tellement que je n'étais plus capable de me contrôler. Il me serrait contre lui et ma magie se mit à circuler entre nos deux corps et à passer de l'un à l'autre comme à travers un circuit.
L'énergie de Raphael m'envahit alors à son tour, sa brume pénétra ma peau et grimpa lentement vers mon coeur. Elle n'était pas glacial ou amère, mais rafraîchissante et douce.
Je posai instinctivement ma poitrine contre la sienne et entendis comme un bruit sourd battre à l'intérieur. C'est alors que nos pouvoirs se rejoignirent et fusionnèrent.
La magie explosa en nous comme une bombe et déferla en ondes de choc violentes, martelant nos corps et les emplissant d'une énergie que je n'avais jamais connue auparavant.
Je mis quelques secondes avant de réaliser que j'étais en train de crier et que Raphael poussait des gémissements de douleur ou de plaisir, je ne savais pas trop.
-Raphael?!!!
-Chut... tout va bien, ne t'inquiète pas, dit-il en m'embrassant sur la nuque.
-Ce n'est pas possible, murmurais-je, nous ne sommes pas censés pouvoir lier nos pouvoirs. Et puis, tu es mort...tu es mort, non?
Raphael ne répondit pas. Je me tournai vers lui et m'aperçus qu'une larme rouge sang coulait lentement sur sa joue.
-Qu'est-ce que...?
-Tais-toi, dit-il doucement.
Je le regardai ébahie se relever et quitter la chambre sans même m'accorder un regard.
Et merde, et merde, et merde et merde.​


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


France : 15 juin 2011

Canada : 19 juillet 2011 - Poche


 


J'ai lu, 2011

Langue : française

Collection : Darklight


 


RESUME


Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n'ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série... bref je n'ai ni le temps, ni l'envie de m'occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m'a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à 16 ans et qu'on plaque son amant, on n'est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu'il est papa. Du moins, pas avant d' être passée d'abord faire le plein chez Joe, le marchand d'armes du coin..


EXTRAITS


Je lui jetai un regard dédaigneux.
- Est-ce que tu réalises que tu n'es pas dans ton état normal ? Que des émotions, des sentiments submergent ton esprit et te rendent complètement irrationnel ?
- Pourquoi ? Parce que je veux châtier un parjure et un traître ? cracha-t-il.
- Non. Parce que tu es sous l'emprise de la jalousie.
- c'est ridicule, un vampire de mon âge ne ... 
Je levai la main pour l'interrompre.
- Ah non ? Alors comment expliques-tu l'insanité de ton comportement ? Réfléchis une seconde, Raphael. Tu m'as dit qu'à mon contact, tu retrouverais petit à petit tes émotions humaines, tes sentiments... pourquoi la jalousie n'en ferait-elle pas partie ?
Puis soudain il se tut et ses yeux s'écarquillèrent comme s'il venait d'avoir une révélation.
- Non, ce n'est pas possible, je ne peux pas... ce n'est pas... enfin je ne ressens pas...
Il respira profondément, planta ses yeux de nacre dans les miens et les tremblements qui me secouaient un peu plus tôt cessèrent brutalement.
- C'est douloureux, dit-il.
Je hochai la tête.
- Oui. Les émotions sont douloureuses. C'est pour cette raison qu'on apprend très tôt aux Vikaris à ne rien ressentir. On ne peut posséder un pouvoir comme le nôtre en se laissant guider par elles ou par ses impulsions, c'est trop dangereux.
- Je suis un maître en matière de contrôle, toutes mes décisions sont rationnelles et réfléchies, fit-il d'un ton aigre.
Je levai les yeux au ciel.
- Comment étais-tu quand tu était humain ? Je veux dire, étais-tu impulsif, possessif, violent... ?
Ses pupilles blanches reprirent leur couleur bleutée.
- Le vampire a effacé l'homme depuis trop longtemps pour que je puisse m'en souvenir, Rebecca.
- Eh bien je t'annonce que "l'homme" comme tu dis, est en train de pointer son nez à nouveau, qu'il a un caractère épouvantable, des tendances homicides et qu'il ne supporte pas que quelqu'un essaie de piquer sa petite amie, raillai-je.


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


En France : 21 mars 2012 - Poche (Fr)

Au Canada : 1 mai 2012 - Poche (Fr)


 


J'ai lu , 2011

Langue : française

Collection : Darklight


 


RESUME


" Avoir une fille en pleine crise d’ado quand on a 27 ans, ce n’est déjà pas de la tarte, mais quand votre adorable progéniture est une jeune vampire en pleine poussée hormonale, ça devient carrément insurmontable. Comme si je n’avais pas assez à faire avec une bande de potioneuses complètement disjonctées qui sème la pagaille dans toute la région, et la nouvelle guerre qui se profile lentement mais sûrement à l’horizon… "


EXTRAITS


De minuscules flocons de neige pleuvaient dans les yeux immaculés du vampire. Des larmes de sang maculaient ses joues. Je levai le bras et caressai doucement ses lèvres du bout des doigts.
-Tu m'as fait une sacrée peur, tu sais ?
Sa voix était légèrement plus rauque qu'à l'ordinaire, tendue, sa respiration, altérée. Ses longs cheveux blancs tombant comme un rideau de brume lui donnaient un air fantomatique.
-J'ai cru t'avoir perdue...
-Je sais.
-Tu étais...tu étais...
-Morte ?
-Et j'avais déjà prévu d'aller en enfer pour venir te récupérer.
-Comme Orphée ?
-Non. Orphée a échoué. Moi, je t'aurais ramenée, dit-il en souriant.
Je souris et en silence, nous échangeâmes sans un mot ce que nos lèvres ne pouvaient prononcer, ce que nos coeurs n'oseraient jamais s'avouer.
-Crâneur...

 

- Ce n'est rien, c'est juste que ... que je n'avais pas réalisé. 
- Réalisé quoi ?
- Ben, à quel point c'était sérieux entre Raphael et toi.
Mes yeux l'invitèrent au silence mais il continua.
- Je veux dire, comme tous les autres, j'ai cru qu'il s'agissait d'un simple liaison, une histoire de cul sans importance et qui se terminerait un jour. Vu la réputation de Raphael... enfin, tu comprends ? 
Difficile de faire autrement. 
- Et qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis?
- Quand il a vu la gravité de tes blessures, il est devenu comme fou ... il ... putain, cet enfoiré de vampire c'est même mis a pleurer ! Raphael, non mais je sais pas si tu réalises ? 
- Je réalise parfaitement.

 

— Rebecca...
— Tu sais à quel point tu comptes pour moi mais ne gâche pas tout en essayant de me changer parce que ça n'arrivera pas. Tu ne me briseras pas et je ne me plierai jamais à toutes tes volontés, mon amour...
— « Mon amour » ?
Il eut soudain l'air estomaqué.
— Tu tentes de m'amadouer?
— Ça marche ? fis-je en m'avançant vers lui, la main instinctivement posée sur mon ventre qui me tiraillait.
— J'hésite, répondit-il en m'embrassant.

-Le moyen le plus efficace de defendre une opinion est de tuer ceux qui ne la partagent pas.


 

 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


En France : 20 février 2013 - Poche (Fr)

Au Canada : 19 mars 2013 - Poche (Fr)


 


J'ai lu , 2013

Langue : française

Collection : Darklight


 


RESUME


Histoire de bien commencer la saison, le Mortefilis a décidé d’envahir la Nouvelle Angleterre. Ça tombe bien, avec la disparition de Raphael, repousser une armée de redoutables vampires était tout ce dont j’avais besoin ! Malgré mon inquiétude et une situation plus que critique, je me dois d’organiser la défense de notre territoire. Et croyez-moi, il va falloir la jouer serré !


EXTRAITS


-Ouais, eh bien comme je te l'ai dit, tu dois me laisser faire mon boulot et cesser de me considérer comme une petite chose fragile, fis-je en m'asseyant sur le rebord du lit pour enfiler mes escarpins.
-Tu es une petite chose fragile et adorable, lança-t-il d'un ton sincère.
Adorable et fragile? Moi?
-A tes yeux peut-être parce que tu es incroyablement puissant et terriblement vieux...
-Vieux? s'indigna-t-il en me lançant un coussin au visage.
J'éclatais de rire.
-A 2500ans, on est vieux, ne t'en déplaise! m'esclaffais-je en lui jetant à mon tour le coussin en pleine tête.

 

- J'étais simplement curieux de connaître ta réaction.
- Ma réaction? Eh bien je me suis sentie malheureuse, jalouse et j'ai eu une envie irrésistible de te flinguer. Mais quel âge as-tu pour avoir un comportement aussi puéril?!
Il s'esclaffa.
- Deux mille cinq cents ans et une petite fille me fait danser dans sa main ... avoue que c'est risible, non? fit-il en plantant ses yeux couleur de ciel dans les miens.
Non. Je ne trouvais pas ça risible. Bizarre et curieux mais pas risible.

 

- Tu es ici chez toi, Leonora. Je me nomme Madga et je suis une chaman ainsi que toutes les personnes que tu vois autour de toi. Tu étais un peu perdue alors ta maman est venue nous trouver pour que nous l'aidions à te ramener.
- J'ai le droit de la mordre si elle continue à me parler comme à une demeurée? demanda Leo en se tournant vers moi.
- Pas de doute, c'est la digne fille de sa mère, railla aussitôt Tyriam d'un ton amusé.

 

— Ali. Il m'a invitée au restau ce soir. Les traits de son beau visage se durcirent soudainement.

— Il n'en est pas question.

— Quoi ?

— Rebecca, je ne veux pas que tu sortes avec lui, déclara-t-il d'un ton ferme.

— Ne me dis pas que tu es jaloux !

— Si, il l'est, affirma Beth. Je plantai aussitôt mes yeux dans ceux du loup.

— Bruce ?

— Je ne vais pas défier le tigre pour un simple dîner, ce serait stupide mais s'il a vraiment des vues sur toi, il sera plus fort que moi, Rebecca...

— Attends, attends, de quel défi parles-tu ? Il plissa les yeux.

— Pour le vampire, il était déjà trop tard au moment où je t'ai rencontrée, tu lui appartenais mais il n'est pas question que je laisse un autre homme t'approcher. Jamais. Je sursautai.

— Tu n'as pas ton mot à... Mais je n'eus même pas le temps de rétorquer qu'il m'avait déjà soulevée et plaquée contre le mur. Ses yeux s'étaient remplis d'une lumièredorée, ses lèvres à quelques centimètres des miennes et ma serviette était sur le point de tomber. 

— Mon cœur, je t'aime et je sais que - quoi que tu dises - tu m'aimes aussi. Alors je vais être très clair, je peux te laisser autant de temps que tu le désires pour mettre les choses au point avec Raphaël mais si Aligarh ou n'importe quel autre mâle tente de t'arracher à moi, je le tuerai, déclara-t-il avec une voix si grave et si empreinte de pouvoir que je sentis tous les poils de mes bras se dresser. Puis, il me lâcha en me laissant lourdement tomber, complètement nue, ma serviette à mes pieds, et quitta la pièce sans se retourner.

— Je retire ce que j'ai dit. Bruce est aussi torride que l'est Aligarh, déglutit Beth après qu'il fut parti.

— Qu'est-ce qui lui prend ? fis-je, les yeux ronds, complètement éberluée. Elle haussa les épaules.

— C'est un loup Alpha. Qu'est-ce que tu t'imaginais ? Qu'il laisserait un autre métamorphe s'emparer de sa famille sans broncher ?

— Je... non, mais...

— Mais quoi ? Considère que tu as de la chance qu'il ne te pisse pas dessus pour marquer son territoire.


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


En France : 26 mars 2014 - Poche (Fr)

Au Canada : 29 avril 2014 - Poche (Fr)


 


J'ai lu, 2014

Langue : française

Collection : Darklight


 


RESUME


" Ah les joies de la famille... les flambées de vampires, les batailles sanglantes, les coups de fouet, les séances de torture ludiques, les joyeux exorcismes... tous ces petits bonheurs simples me reviennent à l’esprit depuis que grand-mère et les Vikaris m’ont retrouvée et ont débarqué en ville dans l’intention évidente de me liquider... Nostalgie, quand tu nous tiens…"


EXTRAITS


- Pour les fantômes ?
- Ah... ben j'en ai ramené un, là, histoire de voir si j'y arrivais. Il s'appelle Jimmy. Un mec sympa mais du genre alcoolique. Un jour qu'il attendait le métro, il est tombé sur les rails et crac.
- Léo, je refuse que tu fréquentes ce genre de personne ! lançai-je sans réfléchir.
Elle haussa les épaules. 
- Ben tu sais, maintenant, il a décroché. Forcément.
- Oui, forcément, dit grand-mère en se mordant les lèvres pour ne pas rire.

 

- Hector t'a préparé un en-cas.
Je soupirai.
-T'es vraiment pas drôle tu sais?
Il resta stoïque et se contenta d'ajouter:
-Langoustes et salade de homard.
J'écarquillai les yeux en sentant soudain mon estomac gargouiller.
-Langoustes et salade de homard? T'es sérieux?
Il haussa les épaules.
-Hector est pleins de ressources.
-Je préfère te prévenir, si un jour on se sépare, je veux la garde de ton majordome.
Il m'adressa un sourire à faire fondre un iceberg.

 

- Comment s'allume la radio ? demanda grand-mère.
- On peut mettre un disque ?
Un disque ?
- Parce que j'en ai justement un dans mon cabas, ajouta Madeleine en me tendant un CD de Daft Punk.
- Ils sont très bien, ces petits, on est toutes fans, on pourrait les écouter pendant des heures, confirma Clotilde.
- Et ils sont français, précisa-t-elle.

De la musique électronique? A leur âge? Achevez-moi, non mais achevez-moi.

 

- Ballister est dans le coffre, sous sédatif, comme tu me l'as demandé. Qu'est ce que tu comptes en faire?
- Un sex-toy.
Les snipers se mirent à ricaner.
- Tu as raison de prendre un jeune amant de 75 ans. Selon les statistiques, il n'est pas rare qu'après 2500 ans, les hommes aient une baisse de régime, remarqua Ali d'un ton sarcastique.
J'ouvris la bouche, la refermai puis éclatai de rire.

 

— Tu as emmené des humains avec toi ?
— Non. Des Vikaris.
Il écarquilla les yeux.
— Qu’est-ce qu’elles font là ?
— Elles écoutent Eminem.
— Eminem ?
— Ben ouais, je sais, moi non plus, j’aime pas. Où est Ballister ?


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


En France : 29 mars 2017 (Fr)

Au Canada : 25 avril 2017 (Fr)


 


J'ai lu, 2017

Langue : française

Collection : Darklight


 

 


RESUME


"Une bande d'illuminés et de créatures magiques fanatiques ont discrètement envahi mon territoire, ma meilleure amie est tombée enceinte (on ne sait comment) de son amant muteur, ma fille est en train de se transformer en "ange de la mort" et je m’apprête à entamer l'un des voyages les plus terrifiants de ma vie.... pas de doute : cette fois, j'ai vraiment besoin de vacances."


EXTRAIT


-Tu as fait quoi? s'étrangla Grand-mère.
-J'ai éliminé le conseil des Huit, je ne l’avais pas dit?
Le conseil des Huit était une secte secrète installée au cœur même du clan des potionneuses. Ses membres figuraient parmi les plus puissantes et les plus influentes sorcières de leur espèce.
Grand-mère secoua la tête.
-NON
-Ah ben, j'ai du oublier...
-Pourquoi...pourquoi as-tu fait une chose pareille? demanda Beth d'un air atterré.
- Elles avaient trahi la Déesse en conservant le grimoire des formules interdites au lieu de le détruire comme Elle le leur avait ordonné, expliquai-je.
Grand-mère écarquilla les yeux.
-Elles avaient fait quoi?!!! Comment ont-elles osé!!! Comment...
Je poussai un soupir.
-Comment?Pourquoi? Toujours est-il qu'elles l'ont fait.
-Et le grimoire? demanda Madeleine.
Je souris.
-Brûlé, répondis-je
-J'espère qu'elles ont souffert, grommela Grand-mère.
Je grimaçai.
-Pour être honnête, j'étais un peu pressée...
Grand-mère me lança un regard sévère. Je levai les yeux au ciel.
-Elles sont mortes, OK? Mortes...qu'est-ce que tu voulais faire de plus?
Grand-mère se tourna vers Léo qui secoua la tête.
-Non, mamie, je te l'ai déjà dit, je ne peux pas torturer les âmes des gens après leur mort. C'est interdit.

 

Maurane haussa les sourcils. 
— Je sais que tu es douée mais fabriquer une telle quantité de potion sur un laps de temps aussi court est impossible, me fit-elle remarquer d’un ton ennuyé. 
— Qui t’a dit que je comptais le faire seule ? Cinq de mes guerrières les plus qualifiées sont en ville depuis ce matin. Dix arrivent demain. 
Ils me dévisagèrent tous comme si j’avais perdu la tête. 
— Quinze ? Quinze Vikaris ? s’étrangla Baetan.


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/04/2017