L'amour au-delà des régles et des clans - Kimberley Kapita


L'AMOUR AU DELA DES REGLES ET DES CLANS - Kapita KIMBERLEY


SOMMAIRE


TOME 1 : DANGEREUSE ATTIRANCE

TOME 2 : LES DISPARUS


Un livre pertubant, passant par des univers que nous connaissons avec un peu de HARRY POTTER, pas mal de HUNGER GAMES avec le tournoi, bref un tout quelque peu déstabilisant mais très agréable avec au milieu une histoire d'amour interdite au conséquence inimaginable.


 


TOME 1 : DANGEREUSE ATTIRANCE



RESUME


Dans un monde où vivent sorciers, loups garou, vampires, hybrides, fées et humains, il est totalement interdit pour certains d'entre eux de s'aimer. 
Lors de l'année de leurs seize ans, les jeunes doivent se rendre à l'académie de leur district. A part étudier, pour la plupart d'entre eux c'est l'occasion de savoir à quoi ressemble une autre créature. 
C'est aussi le moment du premier amour. 

Mais on ne sait jamais de qui l'on va tomber amoureux...


EXTRAITS


J’avais eu du mal à réaliser que nous étions ensemble, mais aujourd’hui cela ne me paraissait plus du tout bizarre. Secrètement, chaque mois à notre date anniversaire, je fêtais en silence notre histoire qui avançait et j’avais hâte que nous arrivions à la première année, bien que nous n’avions pas encore fait une demi année ensemble. Mais tout de même cela me rendait très heureuse, bien que je ne lui en fasse pas part, car j’avais un peu peur qu’il prenne peur et qu’il voit que j’étais énormément attachée à lui. 

- Mais tu as quel âge Ludmilla ?! Me demanda Pedro sans vraiment attendre de réponse puisqu’il connaissait mon âge et normalement ma date d’anniversaire s’il ne l’avait pas oublié. 

- Qu’est-ce que ça veut dire ? 

- Tu es sortie avec combien de garçons avant moi ?

Mes joues s’empourpraient. J’avais honte de dire aucun. Ceux en maternelle ne comptaient absolument pas et je me doutais que Pedro avait sûrement connu des filles avant moi. Mais je préférais lui dire la vérité, car je voulais que notre relation soit basée sur le partage, l’honnêteté et la confiance. Je voyais des filles devenir complètement folle avec leurs copains dès qu’ils parlaient à une autre fille ou dès qu’elles soupçonnaient qu’ils ne disaient pas la vérité. 

C’était le cas de Syriël, qui en s’accrochant de plus en plus à Nicolas, lui tapait des crises de jalousie et se rongeait les doigts lorsqu’il parlait à une personne du sexe opposé.

- Aucun, avouais-je à Pedro, un peu gênée. Ses yeux s’écarquillèrent et je l’entendais déjà se moquer de moi. A presque dix-sept ans, je n’avais connu aucun autre garçon, ce qui n’était absolument pas le cas de beaucoup de fille de mon âge dans l’académie.

- T’es sérieuse ?

- Oui…

- Une si jolie fille comme toi n’a jamais eu de petit ami ?!
S’étonna Pedro qui me fit rougir en disant que j’étais jolie. C’était tellement rare de l’entendre me dire que j’étais jolie et c’était des mots dont j’avais parfois besoin d’entendre, parce qu’ils me rassuraient et me donnaient confiance en moi.

- Merci ! Lui avais-je dit en souriant jusqu’aux oreilles. Non aucun, ça ne m’intéressait pas vraiment, bien qu’il m’arrivait parfois de jalouser un peu les autres. Mais les sorciers de mon ancien quartier n’étaient vraiment pas terribles.

- Ancien ? Répétait Pedro.

- Oui, mes parents ont déménagé. Avant j’étais dans le quartier treize, maintenant je suis dans le dix. Pedro se mit à exploser de rire. 

- Qu’est-ce qui te fait rire ? Demandais-je pensant que j’avais dit quelque chose qui ne fallait pas ou que quelque chose sur mon visage n’allait pas. 

- J’habite aussi dans le quartier dix, me disait-il en souriant.

- Quoi ? M’écriais-je heureuse en pensant que cet été il ne serait jamais loin de moi.

- Quel blagueur ce destin ! Rigolait Pedro alors que mon cœur bondissait de joie.

- On va pouvoir se voir en été… murmurais-je timidement.

Pedro s’arrêta de rire et se renferma. Je n’avais jamais vu quelqu’un passait du rire à la colère aussi vite. Je pensais que le fait d’être un hybride et d’être aussi rapide dans tout y était sûrement pour quelque chose. 

- On verra pour ça, me dit-il froidement ce qui me vexa une nouvelle fois.

Je ne cherchais pas à savoir pourquoi il agissait ainsi, mais surtout pourquoi il me disait ça. Il devait avoir ses raisons, car s’il me trouvait jolie, il voulait sûrement ne pas passer deux mois loin de moi. C’était quand même dur de ne pas penser qu’il ne voulait tout simplement pas me voir… 

- Je suis content d’être ton premier copain, me dit-il après quelques instants de silence.

- Tu ne te moques pas de moi ?

- Pourquoi je me moquerai ? Au contraire c’est une grande fierté pour moi !

- Et moi ? 

- Et toi quoi ?

- Je suis ta première petite amie ?

- Non.

- Ah… Déçue, je me mis à bouder, bien que je me fusse doutée de cette réponse.

- Mais tu es la dernière, ajouta-t-il en voyant ma déception. 

- Je ne vois pas comment je pourrais être la dernière alors que tu ne mourras jamais et moi si !

Cette dure réalité me vint à l’esprit au même moment. En plus de ne pas avoir le droit d’être ensemble, je venais de me rendre compte que ma vie allait s’abréger avant la sienne et pire, j’allais vieillir plus vite que lui… 

Je me retins de pleurer, je ne voulais pas lui montrer que ça pouvait m’affecter autant et passer pour une personne faible.

Pedro ne savait plus quoi dire.

Je le voyais chercher une phrase à répliquer mais rien ne lui vint. 

- Alors ne me promet pas des choses que tu es incapable de réaliser ! Soupirais-je.

Voyant la gêne qui s’installait dans notre conversation, je changeais de sujet : 

- Donc c’était qui ces filles ? Des sorcières ?

- Des sorcières ?! Répéta Pedro intrigué par ma question. Non ! 

- Qui alors ? Insistais-je.

- Tu ne les connais pas. 

- Je veux quand même savoir. Combien de filles avant moi ?

- On dirait un questionnaire du B.I.G.M., rigolait-il. 

- Bah dis le moi !

- On s’en fiche d’elles, sérieux pense à autre chose.

- Non ! Dis le moi ?

- Bon ok… Il y en a eu une à l’académie et … 

- Quoi ? je faillis m’étrangler en entendant cela. À l'académie ?

- Ouais.

La déception me submergea. Moi qui avais craqué sur lui depuis le début, je venais de me rendre compte que pendant tout ce temps où je l’observais du coin de l’œil, Pedro avait passé les mêmes moments que l’on passait aujourd’hui ensemble avec une autre que j’avais envie de traiter de tous les noms de la terre. Je n’arrivais pas à imaginer qu’une autre fille puisse le tenir dans ses bras, le toucher, l’embrasser… Et qu’il soit aussi tendre avec elle qu’avec moi. C’était tellement inconcevable que je chassai l’image de ma tête. 

- Qui ?

- Une fille vampire. 

- Et c’était quand ? 

- Avant toi agent Licinius, blaguait Pedro. 

- Arrête de m’appeler comme ça ! 

- T’es mignonne quand t’es jalouse, me dit-il en m’attrapant pour m’amener vers lui.


 

 

 


TOME 2: LES DISPARUS



RESUME


Après les terribles événements survenus lors de la dernière épreuve du championnat organisé par le président, le monde commence à changer petit à petit. La relation amoureuse interdite tenue par un hybride et une sorcière, a soulevé beaucoup d’interrogations, suite à la mort de l’un deux.

Pour Ludmilla, les jours en prison se ressemblent tous et n’ont aucun intérêt sachant que Pedro n’est plus de ce monde. Jusqu’au jour où une mystérieuse inconnue risquera sa vie pour apporter à Ludmilla une heureuse nouvelle…


POUR LIRE LE DEBUT DU LIVRE


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.