Rédemption d'un Ange déchu - Blanche Monah


REDEMPTION D'UN ANGE DECHU - BLANCHE MONAH

( 2 Livres ) 


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION

 


France : 22 octobre 2017 (Fr)


 

 

RESUME


Ariel est le roi des salauds, un type arrogant, cynique, qui revendique son cœur de pierre et cache avec habileté les failles immenses qui l'habitent. 

"Je m’appelle Ariel de Vecchio, et tout le monde pense que je suis un salopard d’égoïste, moi le premier. Je suis riche, je suis beau, j’ai beaucoup de charme – quand je veux.

Haïssez-moi, si ça vous chante, j’en ai rien à secouer. Jalousez-moi, dans le secret de vos cœurs, parce que je suis ce que vous voudriez être : le mec qui n’a pas voulu de vous, le type qui a été choisi à votre place pour un boulot parce qu’il connaît le fils du patron, le connard qui vous dépasse sur l’autoroute dans sa bagnole à deux millions d’euros. Ouais, c’est moi.

Quelle importance si je ne ferme pas l’œil, la nuit, parce que dès que je m’endors, je rêve que je tombe, une longue chute sans fin dans un gouffre obscur et terrifiant ? Quelle importance que je boive comme un trou, et que je sniffe de la coke comme si demain n’existait pas ?

Je prends ce dont j'ai envie, et curieusement, j'avais envie de cette fille trop potelée que j'ai débauchée pour en faire ma secrétaire – entre autres. Elle n'est pas du tout mon genre, mais l'alchimie sexuelle, entre nous, est complètement dingue."
Deux personnages aux antipodes l'un de l'autre, liés par une relation hors normes.

"Vous allez adorer me détester... ou détester m'adorer..."


EXTRAIT


Elle me livra sa bouche d’une manière si confiante et innocente que cela me rendit dingue. J’envahis brutalement sa tendre chair, pillai son nectar, dévorai tout ce que je pouvais d’elle. Je ne pouvais plus m’arrêter. De sucer ses lèvres soyeuses, de frotter ma langue contre la sienne, de goûter encore et encore toutes ses saveurs et toutes ses textures.

 

Comment Blandine pouvait-elle demeurer aussi virginale tout en s’offrant à moi ? Car même maintenant, alors que je tenais son corps presque nu entre mes bras, et que je l’embrassais éperdument, il subsistait une part de réserve en elle, une réticence qui me rendait encore plus frénétique. Je sentais qu’elle avait envie de moi, dans sa façon de s’agripper à mes bras, de se serrer contre moi, de se hausser à ma rencontre. Mais ça ne me suffisait pas. Je voulais qu’elle se donne totalement à moi, qu’elle me livre tout d’elle, jusqu’au dernier atome, et qu’elle me laisse être son maître absolu.

 

Je voulais qu’elle m’appartienne corps et âme.


 

DATE DE SORTIE / MAISON D'EDITION


France : 27 octobre 2017 (Fr)


 

 

RESUME


"Je m'appelle Blandine Laroche, et tout le monde pense que je suis une jeune fille modèle. Toujours sage, bien élevée et polie, je passe généralement complètement inaperçue.

J'avais un rêve, une passion, un avenir tout tracé qui m’attendait. Et puis Ariel de Vecchio a débarqué dans ma vie, et tout a changé."

"J’étais née pour être à lui, et (...) sans lui, le fil de mes jours se déroulait sans but, sans justification. Ariel était la question, et aussi la réponse.

Il était tout. Tout pour moi."

Quand l'amour s'affranchit des limites de la morale et du raisonnable...
Si le caractère "dark" du premier tome, Obsession Charnelle, vous rebute, vous pouvez tout à fait démarrer la série par ce tome raconté du point de vue de Blandine.


EXTRAITS


– Blandine… est-ce que ça va ? me demanda-t-il anxieusement.

– Ça va, lui assurai-je. Je n’ai déjà plus mal.

– Je suis désolé…

Il semblait si sincèrement repentant que je lui pardonnai tout aussitôt.

Fidèle à ses habituels changements brusques d’humeur, mon versatile patron fronça les sourcils d’un air fâché :

– Pourquoi ne m’as-tu pas arrêté ? me reprocha-t-il avec virulence.

Il se mordit la lèvre, me regarda comme s’il ne me reconnaissait plus, et ajouta d’un ton hésitant qui lui ressemblait peu :

– A certains moments, tu avais l’air… c’est toi qui a voulu…

Je baissai la tête, un peu honteuse de mon comportement si… licencieux de tout à l’heure.

– Tu as raison, reconnus-je humblement. Je te demande pardon. C’est moi qui t’ai…

– Mais putain ! s’écria-t-il, furieux. Ce n’est pas une raison ! Tu devrais me détester ! Pourquoi tu ne me détestes pas ?!

– Je n’y arrive pas, soupirai-je, perplexe moi-même devant cette totale absence de ressentiment. J’ai essayé, pourtant, mais je n’y arrive pas.

C’était l’étonnante mais pure vérité. Peut-être l’aimais-je trop, déjà ?

Ariel me dévisagea, l’air de penser que j’étais folle. Je n’étais pas loin de lui donner raison.

– Je ne comprends pas qu’on puisse lâcher une fille comme toi dans la nature, lança soudain Ariel. Tu es un vrai danger public ! eut-il l’audace d’ajouter avec exaspération.

Ce fut mon tour de le dévisager comme s’il avait perdu un boulon.

Moi, un danger public ?! C’était l’hôpital qui se fichait de la charité !


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.